Un lieu d’art, un lieu pluridisciplinaire

Mon atelier art-thérapie se trouve au CAB-Santé, un lieu regroupant une offre de soins pluridisciplinaire.

A mes cotés travaillent également un ostéopathe, 3 psychologues, une physiothérapeute, une médecin, une infirmière et une thérapeute de famille.

Julien Pillot, Ostéopathe D.O., CDS-GDK – vevey-osteopathie.ch

Catherine Vasey, Psychologue FSP et Gestalt thérapeute –  www.noburnout.ch

Camille Solé-Mendes, Psychologue FSP et EMDR –  www.camillesolemendes.ch

Pernelle Muller, Psychologue FSP et hypnothérapeuthe –  www.pernellemuller.ch

Aude Lagadec Scarcerieau, Physiothérapeute – physio-riviera-ch.agenda.ch

Dre Myriam Kohler Serra, Consultation en tabacologie – Tel : 078/327 00 72 – linkedin

Stella Lecourt, Infirmière, conseillère conjugale et familiale, sexologue – couple-famille-sexologie.ch

Stéphanie Broger ,Thérapeute psycho-éducative – Tel : 079 416 73 08,  linkedin

Des spécialistes pour votre santé réunis dans un lieu unique.

 

Expositions et expression

La vaste salle d’attente est aussi un lieu d’expression artistique. Ses murs accueillent tous les 3 à 6 mois une/un nouvel(le) artiste et son univers. Un lieu inspirant à découvrir au cour d’un vernissage ou d’une soirée animée par l’artiste !

Prochainement :

Le 9 octobre 2021 de 14h à 21h

vernissage  de l’exposition de Marie-Claude Gardel.

L’artiste sera présente.

L’occasion de découvrir ce lieu unique ! Lieu

 

Horaire d’ouverture en présence de l’artiste

Les mercredis de 16-18 heures

Les samedis de 14-17 heures

Les jeudis et dimanches sur demande (voir contact)

Mesures sanitaires : masque, désinfection des mains, ou pass covid

Contact : 076 425 67 79 ou mail : [email protected]

 

Marie-Claude Faillettaz-Gardel- Atelier Editions l’Alice

L’atelier l’Alice a vu le jour en 1982, dédié à la tapisserie de haute lice. Puis en 2002, il opère une mue : deux presses taille douce remplacent les métiers à tisser.

Au sens que je lui donne, l’atelier de gravure est un laboratoire : lieu d’investigation technique, de travail sur la paillasse, de mise au point.

La maîtrise, cependant, n’est pas toujours au rendez-vous. Le hasard entre en jeu, l’inopportun peut être. L’accident ? Nommons ça comme ça.

A cet instant la posture artistique est ébranlée : je trébuche devant l’inconnu. Attendre. Elargir le champ de vision. La dérive pourrait-elle être source de vitalité ?

Ce temps d’attente, j’en ai besoin. Je vais marcher. Solitaire, en forêt.

Ce temps d’attente sollicite les émotions profondément enfouies. Elles nourrissent le processus. J’ai appris à ne pas perdre confiance face à ce temps figé qui, au contraire, fertilise l’ouvrage. Et soudainement la route s’ouvre, la composition prend vie.

Ces longues marches…presque toujours une sorte de déclenchement spirituel s’y produit…on dirait qu’elles émeuvent une eau dormante (Gustave Roud, Journal 1897-1976)